Comment faire une conf’ call en anglais

Décrypter les accents des uns et des autres et oser s’exprimer… Il y a quelques obstacles à franchir, lorsque la réunion téléphonique se déroule en Anglais. Voici, quelques conseils.

Quand la discussion s’effectue par téléphone et à plusieurs, la situation peut être difficile pour certaines personnes.

1. Une réunion doit avoir un ordre du jour
Au risque d’enfoncer une porte ouverte : une réunion doit avoir un ordre du jour. D’autant plus si elle se déroule en anglais : les participants suivront plus facilement les discussions s’il y a une trame. L’ordre du jour doit indiquer les sujets abordés, mais aussi l’ordre dans lesquels ils seront traités.

2. Réhabiliter le « small talk »
Le « small talk », c’est parler de la pluie et du beau temps. Dans une réunion classique, ces instants de convivialité s’instaurent naturellement pendant quelques minutes, le temps que tout le monde s’installe, que la machine démarre. En conf call, le sujet de fond est souvent abordé de façon très vite. Les participants n’ont pas eu le temps de s’imprégner de la voix des autres, d’apprendre à reconnaître leurs interlocuteurs. C’est à la personne qui mène la réunion d’imposer le small talk, avec des questions toutes bêtes : qu’est-ce que vous allez manger ce soir? Au début, cela pourra sembler un peu forcé. D’où l’importance d’annoncer par mail, avant la réunion, que l’on va consacrer les 5 premières minutes à, par exemple, parler de son weekend. Et surtout expliquer pourquoi on va le faire: pour apprendre à mieux se connaître, pour reconnaître nos voix, etc. L’idée, c’est de créer le lien.

3. Lever le blocage des accents
On peut habituer son oreille aux différents accents, en écoutant très régulièrement des enregistrements de nationalités auxquelles on est confronté. Il faudra du temps. Peu à peu les sons paraîtront plus familiers. Ce qu’il faut avant tout, c’est enlever la peur.

4. Laisser à chacun la possibilité de s’exprimer
Difficile, d’interrompre une conf’ call pour poser des questions sur un point qui nous semble un peu obscur. Le mieux, c’est encore d’effectuer une petite requête par mail à l’animateur de la réunion téléphonique, avant qu’elle n’ait lieu : « pouvez-vous nous permettre, après chaque point important abordé, de poser d’éventuelles questions? ». A l’animateur, ensuite, de mettre en place cette pratique.

Source: Express Entreprise, Image: 123RF

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *